Loisirs - Autres
Mes Livres - Mes essais
Accueil
La Guerre des Clans
Mon livre 'Le vol des poules'
Mon livre 'La Cité des Océans'
Mon livre 'Poema'
Mon livre 'Les loups'
Mes essais
Mon livre 'Histoires d'Auvergne'
Mon livre 'Cheese'
Mon livre 'Mes petits contes'
Poemes de mon amie
Concours De poèmes
Petites Devinettes
Mon livre documentaire sur 'Les Poules'
Mes blogs
Gagnantes de Concours !!!
Mes livres préférés





L'île de Diana (DROIT D AUTEUR)

Magnifique Ile

Voici un court texte sur : "l'île de mes rêves"

L'île de Diana



L'île de Diana se situait dans l'océan Pacifique à 3000 km du nord de l'Australie actuelle.

Elle était 10 fois plus petite que la Corse et faisait en moyenne 18 km de longueur et 8 de largeur.

Elle était entourée par un récif où une multitude de poissons allaient et venaient sans être troublés. L'eau claire et limpide y était fraîche et le sable doré était fin comme de la poudre d'or.

Sur cette île, le ciel était toujours bleu et le soleil scintillant.

C'était tout simplement magnifique.

Elle était bordée de plages au sable blanc et brûlant. Un peu plus loin, se trouvait un ruisseau qui rejoignait la mer. Son eau était froide mais cela faisait du bien avec l'extrême chaleur.

Plus loin encore, se trouvait une forêt avec des plantes équatoriales et des animaux différents : gorilles, singes hurleurs, oiseaux, cacatoès, perroquets, insectes, papillons géants, fourmis, serpents...

Au centre de l'île, derrrière de grandes plantes vertes imperméables, coulait une grande cascade d'eau douce et limpide. Lorsque les rayons du soleil la touchaient, cela laissait apparaitre un arc en ciel brillant de mille feux.

Le bruit y était plutôt fort : l'eau tombait avec fracas sur les rochers et les galets lisses.

Derrière la cascade, se trouvait une grotte.

Une fois entré et tout mouillé, on pouvait grimper sur les roches pour arriver tout en haut et se faufiler par une petite ouverture qui arrivait tout au sommet.

Une fois tout en haut; la vue était resplendissante; un vent chaud, l'océan à perte de vue, le sable en contre-bas et juste à côté plein de grands rochers.

Le soir, je m'asseyais sur une des roches, regardait les oiseaux, levait les yeux et apercevait au loin un magnifique couché de soleil en face de moi. Il partait du grenat au rose pâle.

Après l'avoir bien regardé, je secouais de toutes mes forces un manguier jusqu'à faire tomber un fruit. Un peu plus tard, j'étais en train de croquer avec appétit une belle mangue dorée et rougie par le soleil, c'était un délice.

Ensuite, j'allais me baigner et me laver dans la cascade puis j'allais dormir sur une roche en hauteur dans la grotte.

FIN

Rosie




(DROIT D AUTEUR)

"Mystérieuse Forêt"

Voici un court texte sur : "l'effet frisson et chair de poule"



"Une mystérieuse forêt"



C’était un dimanche, ce dimanche était froid et humide.

Oscar quant à lui trouvait cette journée parfaite pour aller chercher des champignons.

Il arriva dans la forêt qu’il connaissait si bien… mais ce jour-ci, il ne la vit pas sous le même jour.

Oscar avait des frissons : le hibou criait gare, la brume tenace se dissipait vaguement entre les arbres. On ne voyait même pas à 10 m !

Il se sentait bizarre : ses pieds touchaient la mousse sans faire le moindre bruit et quand il marchait sur un bout de bois et qu’il craquait sous ses pieds, il sursautait.

Il leva les yeux vers le ciel gris et brumeux. Il aperçut une horde de corbeaux dans le ciel qui volaient très rapidement sans faire attention à lui…

Il se sentait seul, il commençait à stresser.

Plus loin il aperçut quelques minces et ridicules champignons.

Il les ramassa.

Il avança un peu plus loin et aperçut par terre une trace d’animal énorme avec dessus de petites taches de sang.

Plus loin, il reconnut le foulard de sa voisine.

Des idées terribles lui montaient à l’esprit.

Il respira fortement afin de se changer les idées.

Mais peine perdue.

Il n’y avait pas de champignons, cette forêt lui faisait peur et il avait vu des traces avec du sang et le foulard de sa voisine.

Comprenant qu’une bête ne rodait pas loin, il s’enfuit en courant dans la mousse humide.

Un peu plus loin, il s’arrêta pour reprendre son souffle ; il sursauta pour de bon quand il entendit un craquement qui venait au-dessus de sa tête.

Il leva la tête vers la branche et par chance ce n’était pas un monstre ou une bête sauvage et rebelle, c’était tout simplement un hibou.

Ce hibou le regardait méchamment et le fixait de ses yeux couleur or.

Oscar lui tira la langue et le hibou fit bouffir ses soyeuses plumes.

Oscar se sentit comme une souris qui allait être mangé par ce tas de plumes.

Alors il s’enfuit mais il butta contre une pierre et levant légèrement et doucement ses yeux il aperçut devant lui une bête. Mais en regardant mieux, il vit que c’était un arbre pourri et noirci avec de longues branches qui donnait l’illusion de bras et de jambes.

Oscar se releva en enlevant les feuilles humides et mouillées collées sur ses habits.

Il se remit à courir mais cette fois-ci plus doucement que la fois précédente.

Bientôt, il entendit des bruits de chiens étranges mais quand il écouta bien, il s’aperçut que ce n’était pas le cas.

Le stress lui monta à la gorge.

Ensuite il distingua dans la bruine de grosses bêtes qui ressemblaient aux loups garous des films. Il aurait voulu crier mais aucun son ne sortit de sa bouche !

Sauf que là ce n’était pas un film ni un livre, c’était réel !

Oscar qui ne rêvait pas couru de plus belle, arriva près de la rivière où était garée sa voiture, sauta dedans et parti à toute allure.

Une dernière fois il se pinça le bras, il était sûr que sa voisine avait était enlevée et qu’il était passé près de la mort !

Que lui attendait encore cette mystérieuse forêt ? Cela personne ne le savait mais lui allait le découvrir coûte que coûte.

Fin

Rosie




(DROIT D AUTEUR)

Chemins Provençaux


Les chemins de Provence étaient étroits mais cela n’empêchait pas qu'il y est parfois beaucoup de circulation; les charrues des marchands ambulants, les paysans, les étrangers qui descendaient la région pour leurs vacances à Nice ou encore les gens qui revenaient du marché et de leur travail.
J'aimais ces chemins mais encore plus les garrigues à perte de vue.
Chaque jours, je partais de bonne heure sous le soleil matinale dans les garrigues armé de mon inséparable chapeau. Les lavandes sauvages étaient recouvertes de rosée et les cigales sortaient leurs chansons du Sud à chacun de mes pas.
Parfois je rencontrais des bergers et leur troupeau de moutons.
Je continuais toujours de marcher et d'explorer cette contrée et vers midi, je rentrais par la chaleur de l'été chez moi.
Je mangeais un sandwich au fromage de chèvre et buvais l'eau de la pure source puis allais me reposer.

FIN

Rosie




(DROIT D AUTEUR)



"La Dame aux Milles Pigeons"


Max et Gégé habitent dans le petit village de Montoie. Le mercredi, ils aiment beaucoup se promener dans les bois, observer les animaux, dévaler les pentes en VTT.
Un jour, a milieu de la forêt, ils aperçoivent une vieille maison en bois. Ils s'approchent.
La maison semble inhabité: elle est en partie envahie par la végétation.
Gégé dit:
"Allons voir."


Il pousse la porte.
La maison est silencieuse et très sombre.
Soudain les enfants entendent un craquement venant de l'étage.

Max prend peur mais Gégé qui est courageux dit:
"-Allez, viens Max ! Ce n'est que le craquement du vieux parquet ."

Ils montèrent les escalier et arrivèrent à l'étage.
La pièce était remplie de vieilles choses: des objets de grand mère étaient posés ça et là sur de petits meubles de bois vernis.
Dans un coin, se trouvait une paire de chaussure remplie de poussières et de toiles d'araignées.
Le vieux parquet vermoulu manquait de s'écrouler à chacun des pas des enfants.
Ils explorèrent chaque tiroirs, chaque meuble et recoin.
Max trouva alors sous un tablier de grand mère tout démodé, une pièce en or ronde sur laquelle était gravée: "Hommage à la dame aux milles pigeons".

Gégé proposa alors:
"-C'était peut-être la dame qui habitait ici.
"-C'est fort probable, répondit son compagnon."

Ils descendirent ensuite au sous-sol.
Derrière une rangée de manuscrits se trouvait un cercueil. Dessus était sculptée une dame tenant un bouquet de fleurs.
Gégé et Max n'étaient pas très rassurés mais comme ils étaient piqués par la curiosité ils y restèrent.

****
Max toucha de ses doigts le cercueil.
A ce moment là des dizaines et des dizaines de pigeons venus de nulle part se posèrent autour d'eux.
Ils se mirent à roucouler étrangement en les fixant de leurs yeux couleur dorée.
Là, ils entendirent le parquet à l'étage grincer comme si quelqu'un s'y trouvait.

Max et Gégé prirent peur et coururent le plus vite possible jusqu'à la maison de Gégé où ils s'y réfugièrent.

Leur leur mère leur demanda:
"-Pourquoi êtes-vous tout essoufflés ?

Les deux enfants pensant qu'elle ne les croirait pas mentirent:
"-C'est parce que nous avons fait une course de vélo."
"-D'accord. Le dîner est bientôt servit."

Ils montèrent les escaliers, entrèrent dans la chambre de Max et jurèrent de garder leur secret sur la maison de la dame aux milles pigeons.

FIN

Rosie



| Accueil | La Guerre des Clans | Mon livre 'Le vol des poules' | Mon livre 'La Cité des Océans' | Mon livre 'Poema' | Mon livre 'Les loups' | Mes essais | Mon livre 'Histoires d'Auvergne' | Mon livre 'Cheese' | Mon livre 'Mes petits contes' | Poemes de mon amie | Concours De poèmes | Petites Devinettes | Mon livre documentaire sur 'Les Poules' | Mes blogs | Gagnantes de Concours !!! | Mes livres préférés |
créez vous aussi votre propre site !
Mes Livres - Mes essais (Loisirs - Autres)    -    Auteur : Rosie - France


6058 visiteurs depuis 2017-05-09
dernière mise à jour : 2021-11-04

Blog-City >> Loisirs >> Blog #20485

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish