Société - Actualité
ericcas - CALVAIRE DU SOLDAT CONGOLAIS
BIOGRAPHIE ERIC CASINGA
article: PEAU NOIRE MASQUE BLANC
les FDLR, les nouveaux occupants
LAURENT NKUNDA OU LE MALHEUR CONGOLAIS
CALVAIRE DU SOLDAT CONGOLAIS
ABUS D'EGLISE A BUKAVU
LE VOL A L'INTERNET


La majorité de nos soldats a trouvé la mort au front, ils sont rentrés en petit nombre, ils n’avaient pas encore touché leur solde, ils ont des mois et des mois d’arriéré !!Imaginez le sort de leurs enfants et de leurs femmes, nulle personne n’a été foulée au pied comme la femme d’un soldat en république démocratique du congo. On les voie, leurs bébé au dos, a moitie nue car leurs vêtements sont en lambeaux et leurs enfants sont en haillons, .

transportant soit un bassin de bananes ou de miettes de cannes a sucre et d’autres se fient a la préparation de boissons traditionnelles (lutuku, kanyanga, kasiksi, etc.) leurs enfants n’étudient presque plus, pour les nourrir, il faut suer du pétrole et Peter du kérosène. On voit certaines de ces femmes circuler de quartier en quartier en quête du petit boulot de laveuse pour gagner une petite somme, qu’est ce qu’elles n’ont jamais connu ces femmes ?elles vivent en enfer même si on les voit encore vivante sur terre, elles n’espèrent plus au retour de leurs maris partis au front et ces derniers se sentent eux aussi dépaysés car ils ne sont pas au courant de la situation de leurs familles respectives

Ces femmes souffriront un jour d’hémorroïde. Elles marchent beaucoup. A chaque mutation de leurs maris, ce sont elles qui transportent toutes les affaires de leurs familles, tous les ustensiles de cuisine, leurs petits surplombant le dos et les épaules. Un jour j’achetais des bananes a une femme de militaire qui se lamentait parce que le nom de son mari n’a pas été repris sur la liste de paie, sur ce,elle ne sera pas payée et aucun recours ne sera admis. Ses lamentations me donnaient beaucoup de douleurs. Je lui avais demandé si son mari est au front ; elle hocha affirmativement la tête. Elle essaya, les larmes aux yeux de me raconter toute son histoire. Elle est originaire de la province du Katanga, son mari lui, un sergent de deuxième classe est originaire du sud kivu. Ils s’étaient rencontrés à kalemie vers 1996 quand les soldats touchaient encore un solde de 100$. Vers 2000, les secousses de la guerre tentèrent de les séparer heureusement qu’ils s’aimaient beaucoup malgré que la pauvreté commençait à accuser sa présence dans leur couple.
Les femmes de militaires, n’ayant aucune occupation pouvant leur permettre de nouer les deux bouts du mois s’adonnent a la prostitution, aux relations sexuelles non protégées qui les exposent expressément au VIH SIDA et aux nombreuses infections sexuellement transmissibles (IST). Elles sacrifient tout pour que leurs enfants puissent étudier. Elles en ont déjà vu de toutes les couleurs. Une autre m’avait fait son témoignage combien ahurissant. Veuve de son état et mère de quatre enfants, maman mayele vit une vie malheureuse au camp saio, n’ayant rien comme moyen de subsistance car le nom de son mari n’apparaît plus sur la liste de paie car il a déjà calenché, elle s’est tapée un petit job dans un salon de coiffure où elle tresse les petites filles du camp. Si elle s’est réveillée avec une chance, elle peut juste payer une ou deux mesures de farine de maïs et quelques fretins quinines, destinés à l’alimentation de porcs et des alevins. Si une fois elle traînait la patte à la maison, ses enfants n’auront rien à manger. Elles n’ont droit ni aux subventions ni à une assistance adéquate. Les camps dans lesquels elles vivent sont en plein délabrement. Leur environnement n’est pas du tout sain et de là elles sont exposées à plusieurs épidémies comme le cholera, la diarrhée, etc. quand il s’agit d’une sorcière, c’est soit la femme ou l’enfant du soldat qui s’y colle. Si une fois vous contempliez de vos propres yeux la vie que ce peuple abandonné à lui-même est entrain de mener, si une fois vous contempliez les petites cabanes ou ces femmes et leurs enfants passent leur nuit de regret, vous remplirez tout un tonneau de larmes. Certaines de ces familles de militaires qui ont manqué de place dans les camps dorment dans les anciennes écuries réservées dans l’ancien temps aux chevaux !!
Leurs maris qui sont parti au front se lamentent eux aussi. Comment voulez vous q’une armée mal nourrie, mal rémunérée, mal encadrée puisse gagner une guerre ?comment voulez vous qu’une armée démoralisée, non unifiée, ayant des préjugés sur leurs camarades puisse affronter un rebelle décidé? Comment voulez vous qu’une armée qui ne favorise que les officiers et néglige leurs subordonnés puisse prétendre gagner une bataille ? Et comment voulez vous encore qu’une armée corrompue, ou la corruption domine puisse honorer le pays ?je ne le pense pas. A moins que vous ayez un avis contraire au mien.



| BIOGRAPHIE ERIC CASINGA | article: PEAU NOIRE MASQUE BLANC | les FDLR, les nouveaux occupants | LAURENT NKUNDA OU LE MALHEUR CONGOLAIS | CALVAIRE DU SOLDAT CONGOLAIS | ABUS D'EGLISE A BUKAVU | LE VOL A L'INTERNET |
créez vous aussi votre propre site !
ericcas - CALVAIRE DU SOLDAT CONGOLAIS (Société - Actualité)    -    Auteur : eric casinga - Congo (Rép. Dem)


10891 visiteurs depuis 2008-11-06
dernière mise à jour : 2011-08-27

Blog-City >> Société >> Blog #7396

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish