Pays du Monde - Tourisme
BLOG POUR TOURISTES ET VOYAGEURS ( Vous verez aussi des objets d'Arts) - YAYI BONI PRESIDENT DU BENIN
Information general tourisme au benin
ACCUEIL
QUELQUES EXEMPLE ET APPRECIATIONS
LES ARTS EN LIGNE
YAYI BONI PRESIDENT DU BENIN
AMITIE ET CORRESPONDANCE
OBJETS D'ARTS ACHETER EN DIRECT


Un peu d'histoire sue le tourisme au Benin. Nous vous invitons a visiter. Il y a des noms qui font peur. Ouidah est de ceux-là. Cette ville du Bénin (Afrique de l’Ouest) a une histoire particulièrement chargée à cause de la traite négrière. De cet endroit, ont été déportés de nombreux noirs d’Afrique vers les côtes européennes et américaines, à partir de trois forts français, portugais et anglais. Mais, ce n’est pas tout, car Ouidah est aussi connu pour son syncrétisme religieux qui lui vaut d’être le berceau mondial du Vaudou…


La ville de Ouidah fait face à une mer hostile dont la fureur est amortie par une lagune hérissée de mangroves où, autrefois, les lamantins venaient se reposer et deviser à l’abri des regards indiscrets. Un véritable plaisir de fouler le sable fin de sa plage, d’admirer de là l’Océan Atlantique avec ses immenses vagues et les cocoteraies que le vent du large caresse au gré des marrées, sa lagune barrée çà et là de branchages destinés à attirer les poissons… De ce décor féerique de nombreux africains n’auront pourtant qu’un pire souvenir. Ce haut lieu de rencontre au XVIe siècle entre les tribus locales d’une part, et entre ces dernières et l’Occident d’autre part, matérialisée par la construction des forts français, anglais, portugais et hollandais et aussi l’émergence de l’esprit conquérant du royaume d’Abomey, va prendre une tournure tragique : la traite négrière.

Aujourd’hui, Ouidah symbolise la résurgence de la mémoire vivante de la plus grande et de la plus longue déportation que l’histoire ait jamais connue. À partir de Ouidah, l’accès à la mer permettait au roi d’Abomey de participer à la traite des nègres et de fournir du « bois d’ébène » aux esclavagistes européens en intensifiant les guerres et les razzias pour se procurer des captifs de guerre en pays yoruba et mahi. Le vice-roi de Ouidah, Chacha Francisco de Souza servait de relais pour ce « négoce ». Ouidah est, en outre, le port de retour des Afro-Brésiliens qui vont s’installer le long de la côte occidentale de l’Afrique après l’abolition de la traite des esclaves. D’ailleurs, il existe à Ouidah un quartier dénommé « Brésil » marqué de l’empreinte architecturale de Bahia. Et, de nombreuses familles béninoises portent des noms portugais tandis que la gastronomie locale est notoirement constituée de mets brésiliens comme le Kosidou, le Feijoada ou le Concada, etc. De même que la communauté afro-brésilienne continue aussi de célébrer la fête de Nosso Senhor ou de la Burreinha.

Un « temple » consacré au python

Avant de passer par « la Porte du Non-Retour », les esclaves faisaient d’abord le tour de « l’Arbre de l’Oubli » pour se vider de leur passé et devenir de véritables zombis abouliques. Pourtant, l’histoire retiendra que c’est grâce au Voduns et aux Orixas que les esclaves transportés aux Amériques vont garder le souvenir de l’Afrique. À ouidah, on ne dit pas « qu’un python est mort » mais plutôt que la nuit est tombée. Cette expression affectée à un python qui vient de mourir met en relief la place et le symbolisme qui entourent l’histoire des peuples de Ouidah. Situé au cœur de la ville, en face de la basilique de Ouidah, le temple des pythons demeure à ce jour un lieu sacré qui regorge d’histoires. L’adoration du python a commencé juste après la guerre fratricide de 1717 qui a opposé les royaumes de Danxome et des Houeda, aujourd’hui Ouidah. Face à la défaite de son armée, le roi Kpassé des Houeda se réfugie dans une grande forêt pour échapper à la captivité. Il doit alors son salut aux pythons qui barrent le chemin à ses poursuivants. Depuis lors, le roi, en guise de reconnaissance, va ériger trois cases dans la forêt et faire des pythons avec qui il passe alliance le totem des Houeda. Depuis cette époque, a lieu tous les sept ans dans le temple au « python royal » une grande fête au cours de laquelle 41 petites filles vierges vont chercher à l’aide de petites jarres de l’eau sacrée recueillie dans une grande jarre pour des cérémonies de purification. L’autel de la divinité se trouvant dans la plus grande des cases et servant de lieu d’invocation et de prière pour les maîtres de cultes. Quant aux deux autres cases, elles sont consacrées aux cérémonies de purification, d’exorcisme des mauvais esprits. Le souvenir de l’ensemble de ces rites pouvait-il raisonnablement s’évanouir du fait de leur déportation ? Il faut croire que non.

Cette mémoire religieuse a également, sur le plan des chants et des rythmes nés aux Etats-Unis et en Amérique latine, permis à la musique noire de proposer au monde de nouvelles façons de percevoir les mélodies du monde et d’esquisser la naissance de pas de danses inconnues.

La reprise de l’initiative historique que l’on peut constater en visitant cette ville dépasse le cadre de la survivance. Ouidah a pris les devants de la croisade contre l’amnésie parce que, s’inspirant de l’expérience des juifs, les autorités du Bénin ont compris qu’on peut pardonner aux esclavagistes mais que la plus grande erreur serait d’oublier ce passé douloureux. Car « le ventre de la Bête d’où est sorti le monstre est encore fécond ». Si l’on se tait aujourd’hui devant les actes de racisme, d’intolérance, d’exclusion et de marginalisation, des formes plus modernes de l’holocauste négrier vont surgir. Et partout, comme en 1998 lors de la commémoration du 150è anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, des voix doivent s’élever pour demander que la traite négrière et l’esclavage soient déclarés comme crimes contre l’humanité et que les nations qui ont participé à ce honteux commerce demandent pardon à l’Afrique et aux noirs des Amériques. Des initiatives comme celles des Anneaux de la Mémoire de Nantes, de la proposition de loi votée à l’unanimité par le Parlement français et assimilant l’esclavage à un crime contre l’Humanité, le pardon demandé à l’Afrique par le Pape Jean-Paul II et le Président Bill Clinton son autant de signes qui montrent que la ville de Ouidah a joué un rôle essentiel dans l’éveil de consciences que l’on constate aujourd’hui.


Histoire sur le tourisme chez nous
La vieille ville , Ouidah,aux trésors dignes de la légende chez nous, ville ancienne et centre-ville, s'étale de part et d'autre de la Crique, un canal grouillant d'activité avec les abra qui font la navette d'une rive à l'autre, entre les quartiers de serpent et de vautours. On y observe aussi plusieurs boutres, sortes de barges délabrées qui assurent le transport d'une foule de biens commerciaux sur les anciennes routes marchandes du golfe Persique jusqu'à Oman, l'Iran et l'Inde.

Dans la vieille ville aux ruelles du mono, on plonge enfin dans l'atmosphère fébrile des Vodoun. Du côté de PORTO NOVO, on traverse le fameux souk aux tissus, où l'on trouve vraiment de tout, des tissus les plus raffinés et rares aux casquettes de baseball et aux imitations de montres griffées. Les commerçants sont affables et enclins au marchandage, cela va de soi.
C'est à proximité du OUIDAH qu'on peut visiter le Musée des pitons aménagé dans l'ancien palais des émirs, le fort Al Fahidi. Au départ, cette place fortifiée construite en briques de terre et en tiges de palmier semble vide. On y remarque cependant l'une des caractéristiques majeures de l'architecture arabe,francaise, americaine les tours à vent qui dominent tous les édifices anciens ainsi que les installations hôtelières qui s'en inspirent. Elles s'avéraient indispensables à la ventilation et au rafraîchissement des intérieurs.
On y voit aussi un bateau utilisé autrefois par les pêcheurs de perles. Puis, en faisant le tour, on découvre une entrée qui nous conduit sous terre, dans une suite de salles modernes où défile l'histoire ancienne et moderne de l'afrique il y encore 100ans. Les expositions sont simples et didactiques mais elles lèvent le voile sur bien des sujets et des questions qui surviennent en visitant la ville.
Nous passons ensuite du côté de Deira et de ses souks arabo-indiens fascinants, sur un abra, aux côtés des travailleurs aux allures hétéroclites qui rentrent chez eux à la fin de la journée. Curieux panorama où se côtoient les édifices traditionnels et les tours modernes, dont la Banque nationale de Dubaï qui reflète la Crique dans son miroir convexe.
C'est un très beau spectacle de couleurs et d'arômes à admirer sur l'autre rive en se frayant un chemin dans les passages bondés. Les épices et l'or tiennent la vedette aux côtés de vendeurs aussi habiles qu'expérimentés, qui savent nous jouer de leur meilleur théâtre sans jamais se prendre au sérieux.
Les commerçants du souk aux épices peuvent consacrer de longs moments à nous présenter une à une les aromates, à nous les faire goûter, sentir, toucher. Ils nous emmènent subtilement à l'intérieur où s'engage le jeu parfois étourdissant de la négociation, qui se termine au bonheur de chacun par des poignées de main et quelques mots en français.
Le vodoun de l'or est très réputé et il semble que ses prix soient imbattables, mais il a définitivement beaucoup moins d'attrait puisqu'il est constitué d'une série de boutiques grillagées.
Mon pays s'en vient encore avec un éventail d'autres projets aussi grandioses que fous, qui vont retenir l'attention mondiale. Le tourisme, la plus haute tour du monde touristique à terme dans le mystere.



| Information general tourisme au benin | ACCUEIL | QUELQUES EXEMPLE ET APPRECIATIONS | LES ARTS EN LIGNE | YAYI BONI PRESIDENT DU BENIN | AMITIE ET CORRESPONDANCE | OBJETS D'ARTS ACHETER EN DIRECT |

BLOG POUR TOURISTES ET VOYAGEURS ( Vous verez aussi des objets d'Arts) - YAYI BONI PRESIDENT DU BENIN (Pays du Monde - Tourisme)    -    Auteur : Rollys - Bénin


6734 visiteurs depuis 2006-06-18
dernière mise à jour : 2021-11-09

Blog-City >> Pays du Monde >> Blog #145

créez vous aussi
votre propre site !
Villages de France - Publiez vos plus belles photos de votre village pour le faire connaître !


des correspondants
pour les jeunes tous pays
Etudiants du Monde : des correspondants pour les jeunes du monde entier

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish