Société - Religions
Parti Démocrate Chrétien du Vanuatu

PARTI DEMOCRATE CHRETIEN DU VANUATU

de Wendy HIMFORD, Présidente et Fondatrice du Parti Démocrate Chrétien et
candidate aux Elections Législatives de 2012 à Port-Vila


COMMUNIQUE DE PRESSE DATE DU MARDI 23 AVRIL, 2012 (2 IYAR)

LE VANUATU, ENTRE LA DECADENCE CAPITALISTE ET L’ESPOIR DEMOCRATE CHRETIEN

2012, une année stratégique pour l’ensemble des pays du monde, va nous démontrer si l’enjeu démocratique au travers des élections présidentielles ou législatives, peut encore jouer un rôle ou non dans la gouvernance d’une nation et de son combat pour la justice, la paix et la prospérité des peuples.

Le Vanuatu ne manque pas au rendez vous des plus grands de la planète. Les cloches des Elections Législatives 2012 ont sonné. Le jeu de séduction le plus pervers de la société va animer un peuple indépendant pendant encore quelques mois avant que les électeurs des extrémités de la terre n’exercent leurs droits civiques pour décider de l’avenir de la jeune démocratie de la République du Vanuatu, dans le Pacifique Sud.

Le bilan politique et économique de 32 ans est une véritable tragédie. Encore faut-il que l’électorat soit informé ou doté d’armes de connaissances pour appréhender d’une part et analyser d’autre part ce tableau catastrophique souvent maquillé par les dirigeants politiques pour la plupart soudoyés par les géants capitalistes et sous la pression d’ordre répressif des gouvernements étrangers du Nouveau Monde.

I – L’AVOIR, LE NERF DE LA GUERRE
La dette souveraine de la République du Vanuatu est de l’ordre de 85%. Le déficit public de 2012 est de 12.5% du PIB. Ni ministre, ni député parlementaire de la 9ème Législature du Parlement, ne semble s’alarmer. Est-ce que l’un d’entre eux aurait au moins compris les causes de la crise financière internationale de 2008 et la crise actuelle de la dette publique européenne ?

Si la République du Vanuatu semble être en faillite, la seule institution financière nationale qui peut encore la sauver des cendres, se nomme la caisse des retraites des contribuables au nom du Vanuatu National Provident Fund (VNPF) qui s’est démarqué par une performance exceptionnelle de l’ordre de VUV 13 milliards en 2010, exactement le montant de la dette publique souveraine du Vanuatu.

Si le paradis fiscal du Vanuatu est aussi la cause de sa chute de par sa grande porte opaque ouverte à la voie de la corruption, et notamment le financement des partis politiques et la destruction des services publics, l’enfer fiscal, n’est pas seulement fort de son avoir mais avide du pouvoir dictatorial et absolu de la République du Vanuatu. Et pour rien au monde, l’enfer fiscal ainsi que ses fondateurs de 1971 dont la Grande Bretagne et le Commonwealth ne permettraient une sortie de crise.

De par une mise en scène démagogue majestueusement argumentée par Moana Carcasses, ministre des finances et Président des Verts, le Parlement du Vanuatu a autorisé la dépouille légale du fonds des VUV 13 milliards du VNPF qui pourrait incarner le capital salutaire d’investissement des projets d’avenir de la République.

En moins de trois heures de débat parlementaire en ce mardi du 17 avril 2012, la Banque Mondiale et la Banque Asiatique de Développement, ont réussi à acquérir 30% du capital de la Banque Nationale du Vanuatu en injectant une somme modeste de VUV 500 million (USD 5 million), à en prendre le contrôle de par 4 voix sur 7 dans la composition du prochain Conseil d’administration, et cerise sur le gâteau, à exploiter le fonds disponible de VUV 13 milliards du VNPF en commençant par une somme modique de VUV 250 million, soit le montant initial d’achat de la Banque Nationale du Vanuatu par le VNPF devenant le troisième actionnaire avec 15% du capital estimé à VUV 2 milliards.

Sans aucun appel d’offres international et sans emprunt sur les marchés financiers, investir VUV 500 millions (USD 5 million) pour gagner VUV 15 milliards (USD 150 million), c’est certainement une des plus belles acquisitions des marchés financiers publics de la planète Terre, célébrée haut en couleur par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en Décembre 2011 à Genève. Ainsi, les fonds tant recherchés sur les marchés financiers internationaux sont disponibles sur place-même pour pouvoir financer les projets les plus fous du Nouveau Monde.

Si les dirigeants politiques du gouvernement actuel de la République du Vanuatu n’ont pas trouvé de fonds d’investissements pour leurs projets de développement, la décadence capitaliste de l’OMC au nom de la Société Financière Internationale, le secteur privé de la Banque Mondiale, n’ont aucun scrupule à conspirer le pillage des ressources naturelles de cet archipel en passant par le pillage des seuls biens publics.

A l’heure de protéger sa seule banque commerciale face à la crise financière internationale, le Vanuatu ouvre son capital aux actionnaires privés étrangers dôtés de la signature AAA en guise de paillette pour mieux manipuler l’ignorance et la naïveté des députés parlementaires. La plus belle arnaque de l’espace-temps va rendre malheureux 250,000 habitants du pays le plus heureux du monde.

II – LE SAVOIR ECONOMIQUE, LA CLE D’UN PROJET D’AVENIR
Le 1er décembre 2011, le parlement du Vanuatu a voté l’adhésion du Vanuatu dans l’OMC pour confirmer sa politique néolibérale en vue d’appartenir au Nouveau Monde dont les plus grands défenseurs depuis l’indépendance de 1980 sont le Vanua’aku Pati, et aujourd’hui, le People’s Progressive Party, les Verts, le NUP, VRP, l’UMP, l’UMP for Change, Nagriamel et leur joker Graon mo Jastis en la personne de Ralph Regenvanu, le fils de Sethy Regenvanu, l’instrument stratégique du Nouveau Monde, pasteur de l’Eglise Presbytérienne et 1er ministre des terres et des ressources naturelles de la République du Vanuatu.

Un débat démocratique sur la politique économique néolibérale de l’OMC a non seulement créé un mouvement citoyen sans précédent mené par les pasteurs du Conseil Chrétien du Vanuatu en opposition avec les autres sphères de décision politique pendant 8 mois mais aussi fondé les bases d’un espoir démocrate chrétien désireux d’un projet d’avenir sur fond économique keynésien.

Si la République du Vanuatu ne s’impose pas sur l’échiquier politique international, ni par une armée militaire, ni par la dotation de technologies, elle est en réalité le diamant du Nouveau Monde à la conquête de l’espace et de l’exploration des fondements de la terre. De laboratoire naturel depuis plus de 40 ans, le Vanuatu peut devenir dans la décennie prochaine, la nation la plus riche du monde par habitant avec les plus grands et derniers gisements d’or de la planète et ainsi détrôner l’Iran doté du 3ème gisement de gaz du monde avec 200,000 habitants, de son premier titre.

Cet archipel de 80 îlots volcaniques recèle d’or sous tous ses pieds, tant sur la terre ferme que dans les fonds sous-marins, près des plages comme dans la zone économique spéciale de la Convention de la Loi de la Mer (UNCLOS). La Grande Bretagne comme la France, les deux gouvernements de l’ancien condominium des Nouvelles-Hébrides, se sont bien abstenus de révéler un secret d’Etat qui date depuis 1606, lors de la découverte de la « Terra Australis » par le capitaine portuguais Pedro Fernandes de Queiroz au nom de la Couronne d’Espagne et de l’Eglise Romaine catholique aux autochtones de la République du Vanuatu.

Cette conquête de l’or au Vanuatu est digne d’un film de fiction des pirates des grandes mers. L’Union Européenne s’affiche officiellement comme le bailleur de fonds de la recherche scientifique et de développement durable quand les Nations Unies incarnent le bailleur de fond de l’aide humanitaire et de la reconstruction post-catastrophes naturelles. Une conspiration géopolitique de plus de 406 ans pour piller les ressources naturelles d’un des pays les plus pauvres de la terre, ainsi formatés et fabriqués par ses fondateurs est l’essence-même de la politique internationale de l’aide publique au développement.

Et sur fond de combat contre le réchauffement climatique, le marché vert des énergies renouvelables qui sert de propagande écologique auprès des citoyens du monde, n’est rien d’autre qu’un éventail de transfert de technologies les plus dangereuses de la guerre atmosphérique induisant des cyclones, inondations, érosion, sécheresse, déforestation et de la guerre géologique induisant des séismes, tsunamis et éruptions volcaniques. Les technologies d’énergie renouvelable permettent de fabriquer de l’énergie au moindre coût pour alimenter les techniques de forage minier sous-marin extrêmement coûteux.

CONCLUSION : ESCLAVE DU NOUVEAU MONDE OU POUVOIR SOUVERAIN ?
Le stock des réserves en or des banques d’Etat est vide, quasiment vide. Qui possède actuellement la plus grande fortune d’or du monde stockée dans ses banques privées mais la dynastie Rothschild ? De par une stratégie fondée sur la spéculation et la destruction, voire l’auto-destruction, le 1er mai 1776 est né le projet du Nouveau Monde des Rothschild qui dicte à aujourd’hui l’ensemble des pays membres des Nations Unies dont le but ultime est la gouvernance mondiale.

Coup de théâtre ! C’est sans compter que le gouvernement du Vanuatu, tel Astérix face aux romains (ou encore David face au géant Goliath) refuse son adhésion à l’OMC en 2001, ce qui lui vaudra une sédition et une tentative de guerre civile en 2002. Premiers signes du miracle économique ! Le Vanuatu excelle dans sa croissance économique et bat le record de 7.2% en 2006 de toute la région du Pacifique après une chute en enfer de -6% en 2002.

De par la politique économique keynésienne de Wendy Himford, conseillère politique et économique du ministre du commerce de 2001 à 2002 et aujourd’hui Présidente-fondatrice du Parti Démocrate Chrétien et candidate aux Elections Législatives de 2012 sur la circonscription de Port-Vila, le Vanuatu jouit pour la première fois dans son histoire un excédent budgétaire croissant de VUV 4 milliards (soit USD 400 million) par an jusqu’en 2010.

Esclave du Nouveau Monde ou Pouvoir souverain ? Les Elections Législatives de 2012 détermineront si le mouvement citoyen anti-mondialiste votera le devenir de la République du Vanuatu comme la première nation du monde en déjouant le plus grand crime de tous les âges depuis la perversion des nephilims ou sera réduite en une épave mitraillée par les technologies de pointe meurtrières de l’Alliance babylonienne d’Israёl, des Etats Unis d’Amérique, des Nations Unies, de l’Union Européenne et de la Chine.

PARTI DEMOCRATE CHRETIEN DU VANUATU
B.P. 717, Port-Vila, République du Vanuatu
Mob : (678) 77 51 777, Courriel : himford@vanuatu.com.vu


Google Parti Démocrate Chrétien du Vanuatu et Vanuatu Christian Democratic Party



créez vous aussi votre propre site !
Parti Démocrate Chrétien du Vanuatu (Société - Religions)    -    Auteur : Wendy Himford - Vanuatu


909 visiteurs depuis 2012-02-11
dernière mise à jour : 2012-04-26

Blog-City >> Société >> Blog #14792

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish