Loisirs - Autres
Le secret de Rosèlda. Mon livre. - Chapitre 3-tome 1
  Accueil  
  Chapitres 1- tome 1  
  Chapitre 2- tome 1  
  Chapitre 3-tome 1  
  Chapitre 4 - tome 1  
  Chapitre 5 tome 1  
  Chapitre 1- tome 2  
  Chapitre 2- tome 2  
  Chapitre 3- tome 2  




Chapitre 3

Oralia n'avait pas menti. Quand elles pénétrèrent dans le bureau de Europa – le plus bel endroit que vous n'ayez jamais vu – Rosèlda poussa un cri. De l'or, des pierres précieuses. De grandes étagères sculptées étaient fixées au mur par des chaînes en or. Des centaines de parchemins était entassés dessus. Sur le bureau de diamant étaient posés une grande plume de paon et un encrier en or. La pièce était éclairée par le plus gros lustre qu'elle ai vu en onze ans d’existence. Des milliers de diamants pendaient à des fils d'or, et des centaines de bougies brillaient de mille-feux. Europa s'installa dans un fauteuil bleu-vert placé derrière son bureau. Elle frappa 2 fois dans ces mains et deux chaises en argent apparurent enveloppées dans des bulles d'eau. Elles se posèrent délicatement par terre. La consule serra le point, l'eau se rassembla, puis elle ouvrit la main d'un coup sec, et le liquide se dispersa. Elle invita Oralia et Rosèlda à s'assoir.
- Mademoiselle Motrihoto j'ai l'honneur de vous annoncer que, à la naissance, vous avez hérité du poste de Sentinelle, qu'occupait jusqu'à présent votre grand-mère.
- Ma grand-mère ? Mais...elle ne m'a jamais rien dit !
- Car elle en avait l'interdiction. Nous allons maintenant parler de votre pouvoir. Vous êtes rêvaliste. Nous allons donc vous envoyer dans le jardin de Mélisandre, le Royaume de la rêvamélisse. La consule de ce jardin s'appelle Rêvalia. Vous y serez menée demain.
- Là-bas, vous y suivrez une formation.
- Dreamy !
- Ah oui, j'allais oublier. Voilà Mélirêve, votre portailleur.
- Dreamy !

Elle ouvrit un des tiroirs de son bureau et sortit un petit écrin recouvert de velours violet. Elle souleva délicatement le couvercle et prit la bague en pierre qu'il contenait.
- Voici votre bague portailleuse. Elle vous servira à appeler Mélirêve.
- Oh...

Europa saisit la main de Rosèlda et lui passa la bague.
- Maintenant, allons dans votre chambre.
Elle se leva et s'avança vers la grande porte.
D'un claquement de doigts, des bulles d'eau enveloppèrent les chaises de Rosèlda et Oralia, qui se levèrent précipitamment. Elles emboitèrent le pas à la Consule, traversèrent les appartements de Europa, et se retrouvèrent dans la salle du trône. Elles ne s'arrêtèrent pas, au grand désespoir de la jeune rêvaméliste qui commençait à avoir mal aux jambes. Elles prirent la 5ème porte à droite. Des centaines de portes marquées de noms comme Eauramy ou Aquaré se succédaient. Au bout du couloir, une porte violette marquée du nom de Rosèlda. L'aqualiste ouvrit la porte et invita les fées à entrer. Quand la jeune fille pénétra dans la pièce, un violet profond lui frappa les yeux. Une lampe en forme de lune pendait au plafond, et des tapis violets étaient étalés au sol. Un grand lit à baldaquin était installé au centre de la pièce. Les rideaux transparents de couleur violette paraissaient fantomatiques. Sur un mur, une grande armoire en cristal violet surmontée de deux grands miroirs en croissant de lune reflétait la lumière. Elle semblait l'appeler à venir l'ouvrir. Elle s'approcha et ouvrit les battants. Et là, apparurent soudain plus de vêtements (violets) qu'elle ne pourrait porter dans une vie.
- Voilà, côté vêtements, le strict nécéssaire. Une robe de bal, une chemise de nuit, des robes de tous les jours, des tuniques, des jupes, des pantalons, des manteaux, des tenues de missions, des tenus de sport et enfin des uniformes.

Rosèlda contempla la robe de bal. Elle avait un bustier violet sombre, et la jupe présentait un dégradé de couleur, si bien le dernier volant de la jupe était blanc. Les manches étaient en fait des voiles qui tombaient des épaules jusqu'aux coudes. Elle s'approcha d'un des miroirs et alors, un miracle se fit. Son reflet portait la robe, mais aussi des escarpins violet sombre et des gants, eux clairs. Elle était également coiffée, maquillée et sur sa tête était posée une tiare sertie d'un croissant de lune en diamant. Elle lâcha la robe, qu'elle tenait toujours, et peu à peu, le reflet retrouva le jean et le tee-shirt que portait Rosèlda.
- C'est...magique !
- Non, c'est juste que dans l'armoire est placé une sorte d'ordinateur où sont enregistrées les différentes tenues. Le petit diamant au-dessus du miroir est en fait une caméra. Si tu lui présente une tenue qu'il reconnaît, il superposera la tenue complète sur toi. Ce que tu crois être un miroir est en fait un écran.

Rosèlda jeta un coup d'oeil aux manteaux. L'un deux était en fourrure, un autre en voile. Mais ce qui l’intriguait le plus, c'était les uniformes. Elle en saisit un et l'observa. Une tunique violette toute simple, un collant violet clair et une jupe plissée. Pour l'instant, ça ressemblait en tout point à un uniforme classique. Un ruban à nouer dans les cheveux, OK. Des ballerines noires, OK. Mais une ceinture avec un fourreau à baguette, une cape en voile et des gants ?

- Pourquoi y a-t-il un fourreau à baguette ? Jusque là, vous utilisiez bien la magie sans !
- Nos pouvoirs sont amplifiés par la baguette.
- Et les gants ?
- Les jeunes apprentis n'ont pas forcément le contrôle sur leur pouvoir. Pour éviter tout dégâts, ils portent des gants qui affaiblissent leur capacité.
- Et, pour la cape, il doit aussi y avoir une explication, non ?
- En fait, l'établissement où vous vous rendrez se trouve dans un lieu assez froid.
- Ok...
- Mettez cette robe, dit Oralia en donnant à Rosèlda une robe qui changeait de couleur à chacun de ses pas, passant du bleu au violet.

Les deux aqualistes sortirent et Rosèlda se changea. Une fois vêtue, elle s'approcha de la caméra, et sur l'écran apparurent des escarpins bleus et des gants violets montants lui arrivant aux coudes . Elle chercha dans les paires de chaussures rangées au fond de l'armoire et, une fois les chaussures à petits talons trouvées, elle les enfila. Elle ouvrit le tiroir où était affichée une image de gants. Alors apparu un écran, un peu comme la tablette qu'elle avait laissée dans sa chambre humaine. Des images de tenues défilaient. Quand elle aperçut la robe qu'elle portait, ne sachant que faire, elle cliqua dessus. Bon geste, d'ailleurs, car instantanément, une trape s’ouvrit et les gants apparurent. Qu'ils étaient doux ! Elle se dépêcha de les mettre.
À la coiffure, maintenant !

Un simple chignon avec deux mèches lâchées devant ;facile ! Elle s'assit à la coiffeuse et entortilla ses cheveux qu'elle fixa avec des épingles surmontées de diamants. Quand elle voulut y voir plus clair pour se maquiller et qu'elle alluma la lumière qui surmontait le miroir oval, une tête au cheveux bleus apparut sur ce dernier.
- Bonsoir, je suis Shamélia, votre coiffeuse dans ce palais. Vous avez déjà une coiffure... Donc, c'est maquillage! Que dois-je vous faire ?
- À vrai dire, je ne sais pas...
- Comment s'appelle votre tenue ?
- Je crois que c'est Clair-de-lune...
- Oui, vous avez en effet la coiffure correspondante... Et bien... le maquillage de Clair-de-lune !



| Accueil | Chapitres 1- tome 1 | Chapitre 2- tome 1 | Chapitre 3-tome 1 | Chapitre 4 - tome 1 | Chapitre 5 tome 1 | Chapitre 1- tome 2 | Chapitre 2- tome 2 | Chapitre 3- tome 2 |
créez vous aussi votre propre site !
Le secret de Rosèlda. Mon livre. - Chapitre 3-tome 1 (Loisirs - Autres)    -    Auteur : Lou - France


1094 visiteurs depuis 2020-03-29
dernière mise à jour : 2020-05-10

Blog-City >> Loisirs >> Blog #21524

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish