Pays du Monde - Tourisme
Papouasie & Nouvelle Guinée

Qui n'a rêvé au moins une fois dans sa vie d'accomplir un voyage à la fois dans l'espace et dans le temps. H.G. Wells a d'ailleurs couché cette utopie sur papier dans la "machine à explorer le temps", roman qui servit de canevas à bon nombre de productions cinématographiques. "Lorsque les Papous virent pour la première fois une aile d'avion qui descendit vers Moresby, à demi-nus ils envahirent la piste et dansèrent autour de l'engin, prenant cet avion pour un oiseau émissaire des dieux"

Si la longueur du voyage ne vous freine pas, il vous est loisible de concrétiser ce rêve d'un véritable "ailleurs" sur une terre encore bien méconnue... Une terre au bout du monde, terre en forme d'un dragon, -qui crache d'ailleurs tout son feu - divisée il n'y a pas si longtemps en deux parties - anglaise et allemande - ensuite, administrée par l'Australie, elle acquis son indépendance en 1975. Les montagnes et volcans font la particularité de ces paysages. La Papouasie possède la plus longue chaîne de sommets et est considérée comme la terre la plus instable du globe de par ces tremblements de terre incessants. L'activité des volcans est également une source de séismes géologiques. Le pays semble recouvert d'une forêt pluvieuse vert foncée. Cette terre fut le carrefour de milliers de peuplades venues tant du continent Australien, qu'Asiatique, qu'Indienne et qu' Indonésienne.Bien que cette île est la plus grande du monde, ces terres sont peu accueillantes à l'homme. Les pygmées furent les premiers à s'y installer. Ils furent chassés par d'autres émigrans et durent s'enfoncer dans les terres. Ainsi des déserts de boues et de marécages et l'impénétrable jungle furent petit à petit occupés en son manteau vert. Dans la Papouasie, qui n'est qu'une petite partie de la Nouvelle Guinée, s'y sont établis plus de 80 ethnies divisées en plus de 300 tribus.
L'anthropologie distingue 3 types de races sur ces terres : Les Pygmées de petite taille, les papous - majoritaires - et enfin, les Mélanésiens de peau plus claire. Cela caractérise les traits principaux de cette population de Papouasie-Nouvelle-guinée.
les Papous ont ainsi fait un bond dans le temps entre l'âge de la pierre et notre société de consommation.
Mais dans les villages demeurent des valeurs traditionnelles liées à la dureté de l'environnement. Ils arrivent ainsi à préserver leurs traditions et coutumes et ce malgré la décolonisation. Contraste étonnant avec la capitale Port Moresby où vous trouverez des traces de nos valeurs sociales, mais une fois la forêt pénétrée, vous orientant vers l'océan, vous ne croiserez plus des pirogues taillées à la main dans des troncs qui restent leur moyen de transport favori.
"Papouasie - Nouvelle Guinée"
" dans deux jours nous arriverons à l'âge de la pierre.
Nous allons vivre dans l'ère du néolithique"
Gerard Lucas.

Je vous propose donc de m'accompagner dans un univers hors du temps. Nous irons faire un tour dans un village où nous fument accueillis à l'occasion de l'ouverture d'une école "subsidiée par un Australien vivant là depuis plus de 45 ans- mais aussi par des festivités rythmant la vie de ces peuplades qui s'adresseront à vous dans un patois "anglais" le pidgin, mélange de langue mélanésienne et tribale.

Les fêtes reposent sur le thème du cochon , utilisé comme monnaie d'échange. Nous y croiserons des vestiges d'influence chrétienne mais surtout baignant dans un climat traditionnel-animiste. Nous découvrirons que ces peuples vivent de l'agriculture,de la chasse et de la pêche.


Paysage volcanique...


Ile perdue dans l'océan envahie par une végétation luxuriante


Ile inaccessible hormis en faire le tour à la palme...


"couroupita guianensis"


Autre petite merveille des tropiques
La Papouasie- Nouvelle Guinée se trouve en Océanie, et est une moitié d'une grande île dont le reste appartient à l'Indonésie. Ses plus proches voisins sont l'Australie et les îles Salomon. D'une superficie de 462.000 km2, seule une partie est habitée en raison de la présence de multiples volcans, la plupart en activité. Moins de 6 millions d'habitants l'occupent. La capitale est Port Moresby.

Les premiers occupants de l'île y arrivèrent il y a environ 21.000 ans lors de la dernière glaciation. Il faut dire qu'à l'époque cette île n'en était pas une mais faisait partie du continent australien. Si leur culture est essentiellement vivrière et agricole, on découvre aussi des ressources minières considérables en cuivre, or, argent



Wallabi en balade sur l'île de Loloata


Une parade en soi...


Des expressions de visage tellement hors de "notre commun"


Art primitif de toute beauté


Mais aussi des îles accueillantes pour les plongeurs que nous sommes, même si elles ne semblent habitées que par des oiseaux des chants desquels l'air est saturé...


Des habitations que l'on découvre sur ces îles ! Que de contrastes...


Loloata, un lieu "de nulle part" où la plongée ravira absolument tout plongeur
Les papous sont parvenus à garder leur culture et leur mode de vie intacts. Ici pas de transamazonienne et de déforestration pour perturber les tribus indigènes si ce n'est la culutre de palme que l'on vois se développer un peu partout.... Pas non plus de tourisme de masse, la terre n'est pas des plus accueillante, et pour cause... S'il y a des cérémonies hautes en couleur c'est parce que les traditions sont malgré préservées malgré notre influence. Si le costume porté est encore constitué de simples tissus colorés, ou par des feuillages tout simplement, ou encore même par l'ornementation de plumes d'oiseau et de coquillages, c'est parce qu'ils restent en symbiose avec leur environnement vert et d'eau. Enfin, si les visages sont couverts de terres colorées dont les motifs diffèrent selon les clans, c'est pour mieux exprimer leurs valeurs sociales et culturelles.

Chasseurs de têtes, anthropophages autrefois ,les papous sont passés de l'âge de la pierre à une civilisation plus moderne où se confondent valeurs ancestrales et valeurs importées. Si les hommes s'adonnent à la chasse, à la pêche et à l'organisation des fêtes, les femmes se consacrent à la famille et à la culture de la terre.

Leur chance fut de n'avoir point attiré la convoitise d'autrui ou si peu grâce notamment leur étendue sur le territoire, et d'avoir ainsi pu conserver leur authenticité . Ils sont membres certes du commonwealth et de ce fait sujets de la reine Elisabeth II, mais cela ne peut se sentir que dans la capitale, et dans leur anglais rudimentaire. Ailleurs, c'est la loi de la nature et les valeurs tribales qui semblent encore à mes yeux d'occidentale l'emporter...et c'est tant mieux pour eux!



Grimages festifs...


La fête est exprimée par la danse, la musique et le chant ! Nous sommes bien en Papouasie!


Ils sont à l'âge de l'innocence et la beauté de leurs expressions ne peut pas nous laisser dans l'indifférence...


Nous croisons lors de notre route des pirogues complètement envahies par des enfants venus quelquefois de très loin ...


Le petit "blondinet" avait l'art de cacher une partie de son visage à notre regard... Pourtant la curiosité était plus forte que tout!


Une maman vient offrir sa cueillette de bananes ! Quelle bonne idée, nous n'avions plus de fruit à bord!!!


Descente....au paradis des plongeurs


Petite femme coquette, un hibiscus dans les cheveux, je n'arrive pas à lui donner d'âge...
Sur ces dernières terres inconnues, la mer des salomons, la mer de nouvelle Bretagne et de Bismarck, la vie marine y est aussi notoirement endémique et vierge. Quittons à présent cette terre volcanique, noire, formée de scories, et glissons nous dans l'onde de cette mer de Corail du Pacifique Sud. Il y règne un florilège d'espèces tout aussi endémiques. Qui plus est la zone de diffusion de certaines de ces espèces rares peut se limiter à quelques dizaines de miles carré. Une autre caractéristique de ces faunes et flores marines est leur diversité, leur rareté et leur état intact. La photo sous marine rend peu la réalité des paysages sous marins aussi ne pourrai-je que vous en offrir quelques parcelles sous forme d'images , mémoire visuelle, de ce que j'ai pu vivre en ces lieux de magie et d'ensorcellement. Certaines espèces, de taille normale ailleurs nichent ici sous leur forme la plus lilliputienne. La première image qui me vient à l'esprit est celle de cet hippocampe spécifique , le pygmée horse, bénéficiant de surcroit d'un camouflage à toute épreuve car se confondant avec les gorgones qui lui servent d'abri.Ou encore ces poissons fantômes, le petit crabe orang outang dont l'habit homothétique à son environnement et qui se réfugie au coeur des anémones, ou le boxer, ou encore ce poisson feuille dont il faut avoir l'oeil pour l'apercevoir - l'entrevoir dirais-je - ou ces superbes cones qui servent de monnaie d'échange.... Un véritable royaume pour l'amateur de miniatures !Ps: un conseil: munissez vous d'une loupe!




Holoturie bien zébrée de chatoyantes couleurs! helenota rubralineata


Comanthina nobilis


Peintures marines.. la vie est vierge encore sous ces eaux ...


Seigneur, oserais je dire que le diable est sorti des entrailles de ce cratère dans lequel nous plongeons?!?


Tortue de Hawksbill


Patate de corail et son hôte


Poisson clown amphiprion polymnus


Poisson clown amphiprion percula
La meilleure façon de visiter ces fonds marins demeure la croisière sur l'un des quelques rares bateaux qui hantent ces eaux. Star dancer, MV Chertan, MV Paradise sport, MV Moonlightting et autres vous transporteront dans des conditions optimales vers de sites extraordinaires en sites merveilleux. Les plongeurs "nitrox" jouiront si ils le veulent, mais pas sur tous les bateaux je précise, de cette faculté qui nous est donné d'effectuer jusqu'à 5 plongées par jour dans des conditions meilleures. Des escales terrestres nous permettent enfin de poser pied sur des îles "vierges" et d'accéder à l'une ou l'autre tribu . L'accueil y est cordial , et la découverte réciproque. Je me demande d'ailleurs la quelle des deux parties est la plus étonnée ou la plus étonnante !


Banc de caranghes


Et quelques fois paraissent à la surface des bancs de dauphins qui tracent leur route...


Groupe de labres face au courant!


Petit nudibranche lillipudien


Poisson scorpion


Cornes de cerf


Poisson scorpion rhinopias aphanes


Ptérois


"Totem" sub aquatique presque irréel


Requin pointe blanche Triaenodon obesus


Un beau requin gris, pas des plus commodes...


Le nourrissage attire le requin, quelle joie pour les photographes que nous sommes, mais en même temps crée une dépendance à l'homme et induit un comportement agressif...
le Shark feeding. Vaste débat qui tourne surtout autour d'intérêts, de photographes qui ne voient pas plus loin que le bout de leur objectif, et ce au détriment de tout un biotope! Pour la petite histoire, à notre arrivée, nous signons une décharge déresponsabilisant le propriétaire du navire d'accidents qui pourraient survenir suite à des rencontres de squales! Jusque là, bien que la démarche me semblait un peu surprenante, je complète le document! La veille de notre départ, on nous annonce une plongée requins, ou plus simplement, nourrissage de certains squales ! Nous faisons notre première plongée à 6h30 du matin ne sachant pas que le shark feeding aura lieu là!
Personnellement je suis assez ahurie de croiser autant de requins gris, pointes blanches et avec autant de proximité entre eux et nous. Deuxième plongée, 11h30, grand préparatif sur le bateau, nous voilà embarqués pour ce fameux spectacle avec quelques consignes de sécurité (calme, rester près du récif etc). Dès notre immersion, les requins sont bien plus nombreux qu'à l'ordinaire ; ils semblent bien conditionnés par "notre passage"! Les carcasses ne sont pas encore répandues que la danse des requins commence avec une certaine frénésie...! Ils savent... et notre présence semble les exciter! L'un d'entre nous, se fait titiller de trop près par quelques uns d'entre eux! Il réagit comme il le peut ! je suis pour ma part pétrifiée par ce spectacle qui risque de mal tourner.. ! On s'en sors avec une bonne dose d'adrénaline !

Il est pourtant bien clair que nourrir ainsi des animaux sauvages, prédateurs ou autres induit une influence dans leurs habitudes modifiant de la sorte non seulement leur comportement de prédateurs et ayant ainsi des conséquences sur leur biotope et dans les rapports qu'ils entretiennent avec nous ! L'agressivité en est l'expression la plus visible ! Ils attendent de nous un "nourrissage" sans quoi ils expriment leur impatience ! N'est il pas suffisant de les observer dans leur univers en tant que simple et respectueux et humble spectateur





créez vous aussi votre propre site !
Papouasie & Nouvelle Guinée (Pays du Monde - Tourisme)    -    Auteur : Daniela - Papouasie Nouvelle Guinée


7373 visiteurs depuis 2007-11-01
dernière mise à jour : 2008-05-19

Blog-City >> Pays du Monde >> Blog #4630

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish