Vie quotidienne - Mon entourage et moi
My face



Salut

Moi, c'est Monica. Mes amis m'appelle 'mo', histoire de faire plus court.
A travers ces quelques mots, ces quelques lignes, ces quelques images, ces quelques pages je vais tenter de vous dévoiler un de mes visages...

Mais pour l'heure, je me présente:
Monica, née le 27 sept. 1991 à zaparojie (en Ukraine).

J'éspère que mon visage vous plaira...


Attention à ne pas vous perdre entre les lettres et les images!!!
Bon voyage...


Naissance


Petit, on nait en toute insouçiance. On est ignorant. On est vierge. On est ni bon, ni mauvais. On est seulement ce qu'on est. Mais cela ne dure jamais bien longtemps.

Petit, on nait et pleure parce que nos premières bouffées d'air sont douleuses.
"Souffir pour mettre au monde""Souffir pour être au monde".
Et au prix de ces souffrances, on nous offre... la vie...
Mort

Tu sais, comme tous les chemins mènent à Rome, toute vie mène à la mort.
Mais est-ce forcément mal de mourir? Il est vrai que personnelement, je n'ai pas l'intention de mourir de si tôt, car comme tous les humains l'inconnu me glace le sang, et puis il y a tant de choses auxquelles je veus m'essayer.

Et si mourir, c'était ranaitre ailleurs (réincarnation quoi!)!

Peut-être la mort survient à l'instant même où le secret, le but de la vie vous effleure l'esprit,...

Peut-être que...

Il faudrait creuver pour le savoir!!!
Evidemment, il fallait que les choses se passent ainsi!



Une femme

Une femme vit sa vie
Une femme combat l'ennemi
Une femme sait pleurer
Une femme veut la liberté

Une mère donne la vie
Une mère nourrit son petit
Une mère nourrit sa famille
Une mère ...

Une femme donne l'envie d'aimer
Une femme fait que les hommes soient apaisés
Une femme donne l'envie de chair


Lettre à papa

Papa n'était pas un soldat, seulementun homme
Un homme qui m'a peut-être aimé un jour dans ma vie

Papa n'était pas un hero
Et il ne sera jamais quelqu'un pour moi

Ca n'était qu'un cauchemar



Bien sur, il restera toujours mon père sur les papiers
Mais si "père" signifie un homme qui t'aime son enfant
Alors je peux t'assurer que cet homme ne sera plus jamais mon père
Ou plutot que je ne serais plus jamais sa fille

Bien sur, il m'a donné la vie
Mais il ne m'a jamais montré comment vivre
Ni jamais montré comment supporter un père
Qui a dit que "ce n'est pas ma fille"

"Papa, aujoud'hui c'est trop tard pour
me faire oublier tout ce que tu m'a fait
Je ne pourrais jamais plus appeler un autre homme
-papa- car je ne supporterai pas de prononcer
ton nom une dernière fois..."



Tu sais, je suis comme toi, j’attends que le cauchemar s’achève
Tu sais, je ne sais pas si je dois attendre que tout le monde crève
Je ne sais plus si je dois attendre ici où là-bas
De grandir assez pour qu’on veuille entendre ma voix
Je ne sais plus s’il m’entend depuis tout là-haut

Un instant, j’ai rêvé de changer le monde
Un moment, j’ai cru y arriver pendant une seconde

J’ai rêvé de refaire le monde
Je rêvais de la faire toute ronde
Avec du bonheur sur les bords
Et des adultes qui rêvent encore

J’ai rêvé d’avoir une famille
Qui aime et qui s’unit
Un papa qui aime une maman
Une maman qui l’aime aussi

Des gens heureux
Qui se donnent la peine de sourire un peu
Qui arrêtent de se fusiller
Des gens qui savent comment rêver

D’un monde meilleur sans tout casser
D’un monde de bonheur pour des gosses par milliers
D’un monde en fleur pour les nouveaux-nés
D’un monde meilleur où apprendre à rêver


« Le monde tourne »

Les fleurs éclosent, libèrent leur parfum
Des vies s’éveillent, la lumière éclaire le monde

Des fleurs prennent place parmi tant d’autres
Pour remplacer celles qui sont parties comme tant d’autres

Le vent souffle
Et me ramène quelques rires du bout du monde
Les fleurs valsent au gré du vent
Au gré de ses caprices

Et le monde tourne
Et le monde danse
Et rien ne reste en place
Tout s’effondre et se remplace

Les fleurs se recroquevillent, emprisonnent leur parfum
Espérant qu’elle pourront encore en dégager demain

Des vies s’éteignent, des mondes s’effondrent
La nuit assombrit le monde

Dans le noir,
Des vies s’arrachent sans faire de bruit
Dans le noir,
Des bourgeons se préparent à éclore en fleur
Au petit matin

Le vent souffle
Et me ramène quelques pleurs du bout du monde
Les fleurs s’arrachent au gré des tornades
Que le ciel balance sur nos pauvres vies

Et le monde tourne
Et le monde valse
Et rien ne reste en place
Tout s’effondre, mais rien ne s’efface…


Je viens de quitter un monde
Celui où j’ai grandit quelques temps
Celui où je me suis enracinée
Celui où je suis vu aimer

J’ai une réalité qui m’attend
Je n’ai qu’à marcher droit devant
Mais je ne vois plus le bout du tunnel
Car ce monde n’est pas éternel

Je ne vois plus rien autour de moi
J’entends des gens crier, mais je ne les vois pas
Je ne sais plus quoi faire, je suis une étrangère face à moi


Vous en avez pas marre de toutes ces rimes et ces vers interminables?
Moi, ça me gonffle un peu à la longue.
Je vais donc arrêter la tchatche en rime et aborder autre choses.

Laissez moi quelques temps pour réfléchir...


Ah! Comme les hommes me font souffir... Mais pourtant, ils me sont indispensables car je ne suis pas de ces filles criant haut et fort "I don't need a man". Moi, j'ai besoin d'hommes autour de moi "I need men around 'cause they shake my daily life. They bring me new feelings...no matter if it's hate or love".

En fait, j'ai envie de me dire que je ne veux que passer du bon temps avec eux, pour rire et jouir de cette vie si courte... Mais c'est faux, dumoins... c'est maintenant que je l'admets. Je suis très sentimentale. Peut-être que c'est mon côté artiste ou ado rêveuse qui me tourmente les sentiments.

Je suis en effervescence de rêves et de nuits éphémères avec tous ces hommes qui me tentent...

C'est bizarre, mais le flow ne passe (dans la plupart des cas) qu'avec des hommes loin d'être de mon âge, où qui n'ont rien à voir avec mon entourage de tous les jours. C'est pas frustrant, mais j'ai l'impression d'être vieille pour mon âge et de chercher à avoir ce que je n'ai pas dans le creux de mes mains... Après tout, ça prouve que j'ai quand même quelque chose d'humainn en moi.

Aujourd'hui, les hommes m'inspirent tellement, parce qu'ils me font mal et qu'ils me donnent quelque chose qui est tellement... "amazing"... magnifique, incroyable,... Ils me donnent la vie, l'amour, la haine et la folie...

<B>Today, my life is based on music, men, and madness of living.


Quand j'y pense, tellement de gens meurent, mais beaucoup ne changent pas. Il faut aussi du temps et des conséquences pour que les humains réagissent.
Par exemple, le réchauffement de la planète! Ca fait des années que les scientifiques l'ont prédit. Pourtant, il a fallu attendre qu'il soit pratiquement trop tard pour que les gens réagissent, mêmes s'il a fallu mettre de côté le profit des entreprises afin de réduire les émission. Seulement le ik, c'est que le "mécanisme" de ce réchauffement climatique s'est amorçée il y a bien longtemps... alors que c'est aujourd'hui que l'on réagit! Et de toute façon, si on trouve des solutions, il y a tout d'abord le problème financier (effectivement, le vrai "bénéfice" qui en résultera sera une stabilité du climat global et le freinage des extinction des éspèces dû à la hausse de la température) ensuite viendra le côté "nature": les fruits de ces solutions metteront peut-être plusieurs années à apparaître. Puis, arrêtons tout simplement de forcer la main à mère-nature, elle est parfaite sur tout les plans...



créez vous aussi votre propre site !
My face (Vie quotidienne - Mon entourage et moi)    -    Auteur : Monica - Madagascar


7495 visiteurs depuis 2006-10-18
dernière mise à jour : 2007-06-27

Blog-City >> Vie quotidienne >> Blog #1246

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish