Loisirs - Poésie
MAX NGANDU



Bienvenue à tous
CHEZ MAX NGANDU
TOUJOURS PRES DE VOUS RENDRE HEUREUX
JUST POUR VOUS

Il y avait, dans un village, un homme très pauvre qui avait un très beau cheval. Le cheval était si beau que les seigneurs du chateau voulaient le lui acheter, mais il refusait toujours.
"Pour moi ce cheval n'est pas un animal, c'est un ami. Comment voulez-vous vendre un ami ?" demandait-il.
Un matin, il se rend à l'étable et le cheval n'est plus là. Tous les villageois lui disent : "On te l'avait bien dit ! Tu aurais mieux de le vendre. Maintenant, on te l'a volé... quel malchance !"
Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"
Tout le monde se moque de lui. Mais 15 jours plus tard, le cheval revient, avec tout une horde de chevaux sauvages. Il s'était échappé, avait séduit une belle jument et rentrait avec le reste de la horde.
"Quelle chance !" disent les villageois.
Le vieil homme et son fils se mettent au dressage des chevaux sauvages. Mais une semaine plus tard, son fils se casse une jambe à l'entraînement. "Quelle malchance !" disent ses amis. "Comment vas-tu faire, toi qui est déjà si pauvre, si ton fils, ton seul support, ne peut plus t'aider !" Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"

Quelques temps plus tard, l'armée du seigneur du pays arrive dans le village, et enrôle de force tous les jeunes gens disponibles.Tous... sauf le fils du vieil homme, qui a sa jambe cassée. "Quelle chance tu as, tous nos enfants sont partis à la guerre, et toi tu es le seul à garder avec toi ton fils. Les nôtres vont peut-être se faire tuer..."
Le vieil homme répond "Chance, malchance, qui peut le dire ?"


Le futur nous est livré par fragments. Nous ne savons jamais ce qu'il nous réserve. Mais une expectation positive permanente nous ouvre les portes de la chance, de la créativité, et nous rend plus heureux.

"Souvenez-vous que le bonheur dépend non pas de ce que vous êtes ou de ce que vous possédez, mais uniquement de votre façon de penser." Dale Carnegie

"Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. Le mécontentement apporte la pauvreté même dans la richesse." Confucius



JE SERAIS TRES CONTENT DE VOIR QUE VOUS MES LISEZ AUSSI, LES RECHERCHES QUE JE FAIS ET POUR PARTAGER AVEC VOUS.
LISEEZ MOI SA
Bryan roulait sur une route quasi déserte lorsqu'il
vit une Mercedes en panne sur le côté de la
route. Malgré la faible lumière du jour, il aperçut la
conductrice, une vieille dame qui avait l'air
complètement affolée.
Il s'arrêta devant la Mercedes , sortit de sa
vieille Pontiac et se dirigea vers la pauvre dame
désespérée. Malgré le sourire qui se dessinait sur son
visage, il sentit combien elle était effrayée. Depuis
le temps qu'elle attendait, personne ne s'était
arrêté. Est- ce que ce jeune homme, allait-il lui faire
du mal?
Il pouvait voir qu'elle était effrayée, debout dans
le froid, près de sa voiture. Elle grelottait, la peur tout
autant que le froid lui donnaient la chair de poule . Bryan
perçut sa peur.
' Je vais vous aider Madame, dit-il, allez-vous asseoir
dans la voiture où il fait un peu plus chaud... Mon nom
est Bryan Anderson'.

Il constata qu'elle avait une crevaison; mais en
raison de son âge avancé, elle ne pouvait rien faire
toute seule.
Bryan s'accroupit, regarda sous la voiture pour
voir comment placer le cric, frotta ses mains pour se
réchauffer les doigts et se mit au travail. Elle vit
qu'en remplaçant le pneu, il s'était sali et
blessé à une main.
Pendant qu' il resserrait les écrous, elle
abaissa sa vitre et commença à lui adresser la parole.
Elle lui expliqua qu'elle était de St Louis et était
juste de passage. Elle ne pouvait pas assez le remercier
pour son aide.

Bryan souriait en refermant le coffre. La dame lui
demanda combien elle lui devait. Elle lui dit que son prix
n'avait pas d'importance tellement avait eu peur,
s'étant imaginée des choses affreuses auxquelles
elle avait été exposée s'il ne s'était pas
arrêté.
Bryan lui répondit qu'il n'avait pas à être
payé. Ceci n'était pas un travail pour lui. Il
n'avait fait qu' aider quelqu'un dans le
besoin. Dieu seul savait combien de fois des gens
l'avaient aidé dans le passé. Il menait son
existence de cette manière et il ne lui venait pas à
l' esprit d'agir autrement. Il lui dit que si
elle voulait vraiment le payer de retour, la prochaine fois
qu'elle verrait quelqu'un dans le besoin, elle
devrait donner à cette personne l'assistance
nécessaire; et il conclut, ' Souvenez-vous de moi'

Il attendit qu'elle démarrât son véhicule pour
s'en aller. C'était une belle journée froide, la
vie n'était pas facile pour lui en ce moment , mais
il se sentait bien en prenant le chemin de la maison .

A quelques kilomètres de là, la vieille dame trouva un
restaurant. Elle y entra pour se réchauffer et
prendre une bouchée avant de continuer sa route.
C'était un restaurant modeste devant lequel se
trouvaient deux vieilles pompes à essence .La serveuse
l'accueillit et lui offrit une serviette propre
pour assécher ses cheveux mouillés.
Elle avait un gentil sourire malgré le fait qu'elle
était debout toute la journée. La vieille dame remarqua
que la serveuse était enceinte d'environ huit mois
mais que ni l'effort ni le travail ne lui enlevaient sa
bonne humeur.
La vieille se demanda comment une personne avec si peu
pouvait être si généreuse envers une étrangère.

Aussitôt, elle se souvint de Bryan. Quand elle finit son
repas, elle paya avec un billet de 100$ . La serveuse alla
vite chercher la monnaie. Mais la dame se faufila dehors,
quittant avant que la serveuse ne soit de retour. Lorsque la
serveuse revint, elle se demanda où la cliente pouvait
bien se trouver.
Elle remarqua alors une note sur la serviette de table.
Des larmes coulèrent de ses yeux quand elle lut ce que la
vieille lui avait écrit :
« Vous ne me devez rien. Je suis aussi passée par là.
Quelqu'un m'a aidée à m'en sortir comme je le
fais pour vous. Si vous voulez réellement me payer de
retour, voici ce qu'il faut faire : ne permettez pas à
cette chaîne d'amour de prendre fin avec vous.»
Et sous la serviette de table, il y avait quatre autres
billets de 100 $. He bien ! Même s' il y avait des
tables à nettoyer, des boîtes de sucre à remplir , la
serveuse décida de le faire un autre jour. Elle rentra
chez elle, et en se mettant au lit , elle pensa à
l'argent et à ce que la vieille lui avait écrit.
Comment la dame aurait-elle pu savoir qu' elle et
son mari en avaient besoin ? Avec un bébé le mois suivant,
cela s'annonçait très dur. Elle savait combien son
mari était inquiet et en se glissant près de lui, elle lui
donna un doux baiser et chuchota doucement à son oreille :
« Tout ira bien. Je t 'aime, Bryan Anderson. »

Il y a un vieux dicton qui dit « UN BIENFAIT N'EST
JAMAIS PERDU », les mains ouvertes finissent par attraper
quelque chose.
S'il vous plaît, passez- la à un ami. Les bons amis
sont comme des étoiles... Vous ne les voyez pas toujours.
Mais vous savez qu'ils sont toujours là. ..

Ne nous lassons jamais de faire du bien, non jamais.



créez vous aussi votre propre site !
MAX NGANDU (Loisirs - Poésie)    -    Auteur : MAX NGANDU - Congo (Rép. Dem)


1568 visiteurs depuis 2009-01-10
dernière mise à jour : 2011-08-27

Blog-City >> Loisirs >> Blog #8021

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish