Pays du Monde - Villes et Villages
Clin d'oeil à VITRAC-SAINT-VINCENT



Ce petit village de Charente, blotti au milieu de la verdure, laisse apercevoir ses toits rouges dominés par celui de sa belle église romane...
Pour accéder à l'église, il suffira de descendre le chemin, croiser la tour, tourner à gauche vers l'ancienne épicerie, puis traverser la place...










Sur la place du village, peut-être Léon a-t-il récité
une fable de la Fontaine pour la petite fille ?
C'était lui la mémoire de Vitrac et de sa rivière le Rivaillon, comme il était la mémoire de "CHEZ CAULY" ou de "LA GRANGE"


FIN DES MOULINS DU RIVAILLON
par Léon Tardieu


"Petit ruisseau de 12 kilomètres environ. Il prend sa source sur la commune de Mazerolles, au lieu dit Chez Tarnaud. Au 19 ème et au 20 ème siècles, avec ses eaux tranquilles, il actionnait quatre moulins à grains et une huilerie. A quatre kilomètres du départ, c'est-à-dire de la source, le moulin du Matureau, puis à deux kilomètres en direction de Vitrac le moulin de Michelet. Ce dernier était banal ou seigneurial, n'avaient droit à faire moudre le grain que le seigneur et ses employés. Le seigneur mangeait le pain blanc et les employés le pain noir au menu son. En aval de Vitrac, il y avait le moulin de Sameau à grains et une huilerie appartenant à la famille de Jame qui avait pour fermier Chatain Jean natif de Chez Cauly. Par négligence ou par erreur le meunier a été broyé par les engrenages, pris par sa blouse, car à l'époque les hommes portaient tous une blouse. Depuis ce jour de 1904, depuis cette année le moulin n'a plus fonctionné, faute de meunier, mais aussi de modernisation...


Le moulin de Vitrac était plus important, mais aussi plus récent, il avait comme propriétaire monsieur Raballet, la famille Robichon étant fermier. Ce moulin a été vendu en 1910 à monsieur Michel Julien , natif de Cellfrouin. La minoterie Michel était aussi bien considérée que les deux moulins de Chasseneuil. Tous les boulangers des environs venaient faire moudre leurs grains mais aussi les particuliers, propriétaires ou métayers qui faisaient leur pain eux-mêmes. Actionné par une grande roue, alimenté par une écluse, un barrage en bois et une pile qui déversait l'eau dans l'écluse, ce qui n'empêche pas l'eau de suivre son cours dans le ruisseau , chacun ayant sa part. Du barrage au moulin, il y avait cinq cents mètres de longueur.
A la déclaration de la guerre 1914-1918, mobilisé, il laissait sa femme seule avec trois enfants André, Lucien et Marcel, tous trois en bas âges. Cette femme courageuse a fait son possible, pour faire tourner le moulin.

En 1917 madame Michel fait une chute, tombée d'une échelle elle se fracture un bras, mal soignée elle s'est éteinte à l'âge de quarante ans. Pendant l'été l'eau était rare et parfois la rivière à sec. Monsieur Michel se fait l'achat d'une chaudière à vapeur, qui chauffait au bois, ce qui lui permettait de moudre toute l'année.
En 1921 Vitrac était électrifié. Le meunier supprime la grande roue et fait installer une turbine ce qui est beaucoup plus pratique et plus économique.

En 1920 monsieur Michel se remarie avec madame Gamaury, veuve Dartra, mère de trois filles Agathe, Clara et Camille. La grande maison, en face de l'écluse, appartenait à monsieur Raballet qui l'a vendue à monsieur Michel qui fait construire un four. Minoterie et boulangerie donnent beaucoup de travail pour un aventurier.

En février 1930, à une heure du matin, un incendie embrase le moulin en peu de temps, à cause d'un court circuit, peut-être, mystère... Février marque la fin des moulins du Rivaillon."


LE VILLAGE DES BRAVES GENS
par Léon Tardieu


"Moi, Léon Tardieu, natif de Chez Cauly, le 4 décembre 1912, quoique étant un pauvre illettré, je voudrais me permettre avec plaisir, de retracer l'historique de ce petit village.
Perché au sommet d'une colline, à l'est le village de la Seurre et Chez Jourdet, à l'ouest le village de la Grange. Au sud une pente, pelée accidentée, quoique étant riche en prairie, est aussi riche en culture, c'est une vallée très fertile, arrosée par un petit ruisseau dit le Maine Cadan qui prend sa source sur la commune de Montamboeuf au lieu dit Cussac. Au nord en direction de Vitrac une pente, est beaucoup plus accidentée, mais aussi moins fertile.
Au 19 ème siècle les châtaigneraies nourrissaient une partie des pauvres gens, pendant trois mois de l'année. Avec la maladie tous ces beaux arbres ont disparu, laissant un taillis de châtaigniers, chênes et acacias. Cette pente rejoint la plaine fertile de Vitrac. Le bourg est arrosé par le Rivaillon, petit ruisseau qui prend sa source sur la commune de Mazerolles au lieu dit Chez Tarnaud. Ce ruisseau a actionné quatre Moulins à grains et huilerie, forge et fonderie à l'étang de Puyraveaud, et aussi carderie, mailllerie, teinturerie.
Le village de Chez Cauly n'était autre que la Constaulie ce dernier à deux cents mètres de Chez Cauly village actuel.
En 1645 entièrement détruit par la maladie comme on disait autrefois contagieuse de la peste, mal très courant de l'époque. Brûlé entièrement, il a été démoli pour nuire à tous ces microbes.
Vers le 17 ème siècle a été reconstruit dans les années cinquante Les ancêtres de la famille Tardieu, sont venus habiter en 1778, venant de Mazières, domestiques de monsieur de Lestrade, Seigneur de Mazières. Ce monsieur, ancien capitaine du roi au régiment du Beaujoli, pensionné du roi ayant acquis une grosse fortune, célibataire a faIt don de ses biens à tous ses domestiques.
La famille Pery, nos ancêtres avec le peu d'argent qu'ils ont hérité ont acheté une petite maison, avec jardin, fiers d'être propriétaires. Plus tard La famille Pery avec leurs économies s'est agrandie. Ils ont acheté quelques parcelles de terre malS aussi une maison plus grande et plus confortable.
De cette famille de père en fils, la famille Chatain Artaud. Le nom de Artaud vient de ma grand-mère dont la grand-mère était une Chatain. Les Chatain étaient habiles de leurs mains, charpentiers de leur métier. Je ne peux citer tous les prénoms. Un descendant du nom de Jean était meunier au moulin de Saemau.Le moulin appartenait à la famille de Jame dont Jean Chatain étànt le fermier. Soit par négligence ou par erreur il a été broyé par les engrenages, pris par sa blouse car à l'époque les hommes portaient tous une blouse. Donc décédé accidentellement à l'âge d'une trentaine d'année, laissant une veuve du nom de Saly (qui n'était sûrement pas son vrai prénom) et six enfants en bas âges. Cette dame courageuse a élevé ses enfants dans l'honneur et la dignité. Je suis fier d'être le descendant de cette honorable famille!
Au 19 ème siècle le village compte 14 foyers. On a toujours dit Chez Cauly, le village le plus pauvre de la commune. Mais ce qui me fait plaisir, on l'a surnommé le village des Braves Gens ! "


L'HISTORIQUE DE LA GRANGE
par Léon Tardieu


"Je quitte le village de Chez Cauly pour retracer l'historique du village de la Grange.
Perché sur une colline, il est traversé par un important axe routier : La Rochefoucauld-Montamboeuf, Montemboeuf-Mazerolles-Chasseneuil.
Il y a à l'est Chez Cauly, à l'ouest le Maine Barraud, au sud une pente peu accidentée qui rejoint une plaine fertile arrosée par un petit ruisseau le Maine Cadon.
En direction de la Vallade quelques sources ou fontaines de loin en loin ce qui permet à l'eau de suivre son cours : le Maine Cadon et un affluent de la Bonnieure.


Le village de la Grange est l'un des plus important de la commune aux 19 ème et 20 ème siècles compte de nombreux artisans, maçons, tisserands, cardeliers, ces derniers hachaient le chanvre et le lin, pour en faire des draps et chemises, en fil et coton, car à l'époque le chanvre et le lin étaient la richesse du pays. Les cultivateurs étaient plus nombreux, au moins une dizaine, tous des petits propriétaires. Ils possédaient deux ou trois vaches mais aussi une vache et un âne avec un joug qui était approprié pour une têtière de vache, le joug en forme de collier étant pour l'âne. Quelques petits propriétaires avaient seulement un âne et quand il fallait monter la côte, parfois l'homme tirait aussi fort que sa monture, en se cramponnant au brancard de la charrette.
En 1854 Vitrac compte 44 mendiants qui n'avaient pas le droit de mendier dans les communes voisines.
Le village de la Grange avait aussi sa perception, un bar tabac et régie, son épicerie, deux bals par mois.
Chose très rare (il y avait) un cul de jatte du nom de Lasnier. Les gens du village l'avait surnommé "Pause lait" qui quoique, presque infirme, parcourait avec deux chiens, une partie du département, pour mendier bien sûr ! Un jour d'août, arrivé à la Couronne, un de ses chiens s'est échappé, il est revenu seul avec son autre chien et bien sûr sa pauvre mère était inquiète car elle disait aux voisins : "mon Pierre est perdu !"
Les plus anciens du village sont la famille de Jean-Marie Besse et celle de Martin Dagnas. "


Léon n'a pas été le seul à vanter le charme de ce village, ainsi Lio, durant son séjour de quelques années a pu dire :

"Ma vie est désormais ici, à Vitrac. J'ai envie d'y faire plein de chose.
Paris me stressait et quand on a ètè élevé, comme moi, à la campagne,
on a envie de retrouver cette douceur, cette quiétude."

Maintenant, vous pourrez la retrouver par sa biographie

On se souviendra à Vitrac des images de l'actrice et de la chanteuse tournant un clip avec la population, présidant un festival de musique, chantant Prévert dans l'église...




Quand la musique résonnait et s'affichait...












Hélas cette 18e affiche est celle du dernier festival de musique de
Vitrac-Saint-Vincent !
Quand le boulanger enfournait


En attendant le pain...


Le boulanger

n'enfournera plus ses pains

car son four a brûlé !


Les petites filles n'iront plus chercher leur pain à la boulangerie !
Plus de four, après la fête de ses 100 ans la boulangerie a fermé ses portes
pour toujours...
En souvenir des 11 novembre
où les anciens combattants se font de plus en plus rares !



Une fois encore
Jean-Louis Martin
aura réalisé la gerbe !


Rendons hommage à
Claude BOURGOIN,
qui longtemps a été le porte drapeau !



En l'honneur de tous ces Vitracois morts pour la France, la belle gerbe sera déposée devant le Monument aux Morts !


Après la cérémonie du Monuments aux Morts, on se rendra à la salle des fêtes pour un vin d'honneur et une exposition sur la bataille de Verdun,
organisée et présentée par Jean Blanchon.
Parmi les objets on remarquera quelques casques les uns français, les autres allemands,
sans oublier un hommage au canon 75 et la présence d'un masque à gaz !








Et maintenant place aux braderies
sur la Place et autour de l'église...




En 2008, sur la place de
Vitrac-Saint-Vincent, il y a eu une
reconstitution en vrai grandeur des battages d'autrefois !

En regardant l'image de droite,
on aimerait que ça bouge...
Pour la mise en mouvement,
il suffit d'un clic sur vidéo






Dans la salle des fêtes, il y a de l'ambiance, même si ce jour là,
on ne mange,
ni champignons, ni "cagouilles"...


En 2009 il y aura encore des battages à Vitrac !

(Voir les photos sur le site remarquable de Alain Bohère)




"Autour de cette maison de La Grange, la nature est là qui t'invite et qui t'aime ! "


Respirer l'air des champs.


S'arrêter sur le pont.


Voir couler l'eau de la rivière.


Suivre le vol d'un papillon


Observer un oiseau


Regarder le beau poisson pêché par Jean-Louis...
C'est un silure de 7 kilogrammes !


A notre tour d'être regardés
et ceux qui nous font face sont des chiens de chasse !
N'oubliez pas de consulter chaque année le bulletin communal de Vitrac-Saint-Vincent !

Pour revoir ce petit village si pittoresque :

visitez le site de la CHARENTE LIMOUSINE (Vitrac-Saint-Vincent)
et pour une balade plus approfondie
ne manquez pas le très beau site d'Alain Bohère si bien documenté.

Pour visiter d'autres communes rendez-vous sur Pages France
Pour vous remercier de votre visite,
Marc vous offre un voyage à la Martinique



créez vous aussi votre propre site !
Clin d'oeil à VITRAC-SAINT-VINCENT (Pays du Monde - Villes et Villages)    -    Auteur : Marc LAURA - France


17239 visiteurs depuis 2007-11-30
dernière mise à jour : 2009-10-07

Blog-City >> Pays du Monde >> Blog #4809

Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ? - unpublish